RDV par téléphone
auprès du secrétariat :




Du lundi au vendredi de 9h à 17h





RDV en ligne
sur Doctolib :


 



LE SYNDROME NUTCRACKER
OU SYNDRÔME CASSE-NOISETTES

Le syndrôme de casse-noisettes ou syndrôme de Nutcracker est une compression de la veine rénale gauche entre l’aorte et l’artère mésentérique supérieure.

Dans de rares cas (impliquant la veine rénale rétro-aortique), il s’agit d’une compression entre l’aorte et les vertèbres.

Le sang force le passage dans la veine gonadique gauche qui va progressivement se dilater, occasionnant une stagnation du sang dans le pelvis. Cela provoque alors des varices pelviennes chez la femme et des varicocèles chez l’homme.

s différents symptômes qui peuvent être constatés sont les suivants : 

      • Des douleurs du flanc gauche ou de l’abdomen, aggravées en station debout.
      • Du sang et des protéines dans les urines
      • Une varicocèle et des problèmes d’infertilité 
      • Des douleurs pendant les rapports sexuels ainsi que d’autres troubles gynécologiques
      • Des douleurs des membres inférieurs
      • Des varices pelviennes, des varices au niveau des fesses ou du haut des cuisses 
      • Une hypotension orthostatique et de la fatigue.

Comment s’établit le diagnostic?

Le diagnostic d’un syndrome de Nutcracker se base sur l’association des différents symptômes (des signes plus subjectifs) et d’arguments objectifs:

      • L’index Réno-Cave qui est un gradient de pression entre la veine rénale gauche et la veine cave inférieure (mesurée lors d’une phlébographie de la veine rénale gauche),
      • Et/ou la perte de la modulation respiratoire de la courbe de pression veineuse de part et d’autre de la zone de compression. 

Quel est le traitement du Syndrome de Nutcracker ?

Les traitements les plus efficaces sur le long terme sont chirurgicaux:

      • le décroisement de l’artère mésentérique: il s’agit pour le chirurgien d’abaisser l’origine de l’artère, afin qu’elle ne comprime plus la veine rénale.
      • le pontage veineux qui consiste à modifier le trajet de la veine rénale pour l’extraire de la pince.
      • la transposition de la veine gonadique: Le chirurgien réimplante la veine gonadique dans la veine iliaque primitive gauche sans toucher à la veine rénale
      • Et enfin, l’auto transplantation du rein où le chirurgien abaisse le rein dans son ensemble pour le positionner plus bas. 

Dans tous les cas, l’objectif est de lever l’obstacle au drainage de la veine rénale.

La pose de stents par voie endovasculaire est possible mais les résultats sont controversés. 

Selon la technique choisie par le chirurgien, l’embolisation des varices pelviennes ou de la varicocèle peut être réalisée soit dans le même temps opératoire soit ultérieurement.