RDV par téléphone
auprès du secrétariat :




Du lundi au vendredi de 9h à 17h





RDV en ligne
sur Doctolib :


 



LES VARICES DES MEMBRES INFÉRIEURS

Epidémiologie : Les varices des membres inférieurs concernent une grande partie de la population. 

On considère que 70% des personnes de plus de 70 ans sont porteuses de varices. L’hérédité a aussi un rôle important car en cas d’atteinte chez un parent, le risque d’atteinte est de 40% environ à l’âge adulte. Ce taux passe à 90% si des varices sont présentes chez les 2 parents.

Des facteurs de risques sont présents également comme le tabagisme ou le piétinement, notamment dans des professions où les gens sont en permanence debout, ce qu’on appelle l’orthostatisme.

Anatomie et Physiologie:

Le réseau veineux sert à ramener le sang en direction du cœur afin qu’il puisse passer dans les poumons et se recharger en oxygène.

Le réseau veineux est extrêmement riche, avec des variations nombreuses entre les individus, en provenance des divers organes et parties du corps.

Le retour du sang est essentiellement assuré grâce aux muscles qui se contractent.

Le réseau veineux des membres inférieurs est composé de:

  • veines profondes passant dans la masse musculaire et proche des os, et drainant 90% du sang circulant dans les jambes. 
  • Veines superficielles situées sous la peau et souvent touchées par des varices, aussi bien chez les hommes que chez les femmes, et drainant 10% du volume sanguin.
  • Les réseaux superficiels et profonds sont reliés entre eux par des veines dites perforantes, qui participent au bon drainage.

Les varices sont le signal, la traduction visible de veines malades qui n’arrivent plus à ramener le sang jusqu’au niveau du cœur et des poumons pour le réoxygéner. 

Pour ramener le sang, les veines sont porteuses de valvules qui jouent le rôle de “valve anti retour” qui laissent passer le sang lors de la contraction musculaire, et le retiennent en attendant la contraction suivante.

La genèse des varices peut donc être liée à deux problématiques principales:

  • Soit une dilatation de la paroi de la veine: De ce fait, les valvules ne sont plus jointives et laissent refluer le sang au repos.
  • Soit par des lésions qui concernent les valvules elles mêmes et laissent refluer le sang en permanence.

Dans ces cas là, les veines dilatées peuvent devenir parfois visibles et tortueuses sous la peau des jambes et des cuisses. 

Dans certains cas, on parle également d’insuffisance Veineuse Fonctionnelle, notamment en cas de surpoids important. Chez certains patients ayant ces problèmes, la pression exercée par le surpoids va être supérieure à ce que peuvent supporter les valvules, qui ne pourront lutter contre cette pression.

L’insuffisance veineuse concerne le plus souvent le territoire saphène pour lequel on distingue:

  • le territoire de la veine saphène interne (partant de la cheville, elle chemine en face interne de jambe et de cuisse et va se jeter dans la veine fémorale au niveau du pli de l’aine). 
  • le territoire de la veine saphène externe (allant de la cheville au genou en cheminant en arrière du mollet).

 

Quels sont les symptômes des varices?

La gêne esthétique est un paramètre fréquent de consultation.

Cependant, en plus d’un esthétique disgracieux, les varices peuvent provoquer la sensation de jambes lourdes

Les douleurs ne sont pas liées à la dilatation de la paroi veineuse, mais à la mise en tension de la peau. C’est la tension des fibres nerveuses cutanées qui va causer des douleurs.

La jambe concernée peut gonfler, surtout en fin de journée ou quand il fait chaud. Elle peut, en plus d’être douloureuse, être le siège de fourmillements et d’impatiences. 

Si on laisse la maladie veineuse évoluer, alors le gonflement (œdème) temporaire va laisser la place à un œdème permanent.

A ce stade, des éléments du sang vont progressivement passer dans les tissus sous cutanés (appelés tissus interstitiels). C’est notamment le cas du fer contenu dans l’hémoglobine qui va, avec le temps, se déposer dans les tissus et donner des tâches brunes, aboutissant parfois à une coloration brunâtre de l’ensemble de la jambe dans les formes évoluées.

Les motifs de prise en charge sont également les stades avancés aboutissant à des complications:

  • soit d’ordre cutanées: A ce stade, la peau est fragilisée et constitue le terreau de complications infectieuses (erysipèle) ou encore de plaies telles que les ulcères veineux, 
  • soit thrombotiques: c’est le cas des phlébites, qui sont favorisées par la stagnation du sang dans les zones où le sang n’est pas drainé correctement.

Comment traite-t-on les varices?

Grâce à un examen clinique et un échodoppler, votre chirurgien vasculaire pourra confirmer la maladie variqueuse. Tout d’abord un certain nombre de changements dans les habitudes de vie peuvent suffire à améliorer les symptômes ressentis:

– une perte de poids, 

– le port de chaussettes de contention

– la prise de médicaments veinotoniques

– l’utilisation de semelles orthopédiques.

Ces mesures sont assimilées à de “l’hygiène veineuse”. Néanmoins, en cas d’anomalie veineuse sous jacentes, et selon le stade d’évolution, elles peuvent ne pas suffire.

En cas de d’efficacité insuffisante des mesures instaurées, plusieurs types d’intervention, réalisables en ambulatoire peuvent permettre d’y remédier :

– Les techniques endo veineuses thermiques: Ces techniques sans incisions consistent à brûler et à boucher le tronc de la veine malade (varice) après l’avoir isolée par injection d’un liquide froid et anesthésiant. Ces techniques moins invasives, sous contrôle échographique, sont maintenant les plus courantes pour traiter les varices des membres inférieurs.
Elles permettent une récupération physique rapide et sont réalisables chez 90% des patients.

Il s’agit des techniques appelées Radiofréquence, Laser ou Vapeur. Le choix de l’une d’entre elles est fait par votre chirurgien selon l’anatomie et la morphologie de vos veines, leur tailles, leur diamètre, leur trajet sinueux ou rectiligne, leur profondeur sous la peau.

– La phlébectomie : cette technique chirurgicale réalisée sous anesthésie locale consiste à extraire les veines, segment par segment, en effectuant plusieurs incisions de quelques millimètres sur la jambe. Elle est souvent réalisée en complément des techniques endo veineuses, pour traiter les branches les plus superficielles qui sont justes sous la peau.

– Le stripping: cette technique plus invasive consiste à enlever les veines de gros calibre par une incision de 3 à 4 centimètres au niveau du pli de l’aine pour les varices saphènes internes ou une incision de 1 centimètre au niveau du pli du genou pour les varices saphènes externes. Le stripping est préconisé aux patients ne pouvant pas bénéficier d’un traitement endovasculaire (10%).

Selon l’évolution de la maladie veineuse, de la taille des varices et du résultat de l’examen clinique, le chirurgien vasculaire orientera sa prise en charge du patient vers une de ces différentes techniques.