RDV par téléphone
auprès du secrétariat :




Du lundi au vendredi de 9h à 17h





RDV en ligne
sur Doctolib :


 



PHLÉBITE- SYNDROME
POST-THROMBOTIQUE

Lorsqu’un caillot sanguin se forme dans une veine de gros diamètre au niveau des jambes, des bras ou encore de l’abdomen et qu’il empêche partiellement ou totalement le sang de circuler, on parle de thrombose veineuse profonde ou phlébite. Sous la pression sanguine, le caillot peut se détacher, se déplacer et se loger dans une artère pulmonaire, risquant de provoquer une embolie pulmonaire pouvant être mortelle.

L’âge, les antécédents familiaux, l’obésité, la contraception orale ou certaines maladies (cancer, maladies inflammatoires chroniques, maladies cardiovasculaires etc.) sont autant de facteurs de risque de la phlébite. Cette dernière peut aussi être la conséquence d’une immobilisation prolongée, de veines malades ou d’une diminution de la fluidité du sang. 

    Quels sont les symptômes ?

    La phlébite peut être asymptomatique et passer inaperçue. Toutefois, la thrombose d’une grosse veine peut entraîner une vive douleur, des crampes ou un engourdissement. Elle peut aussi provoquer un échauffement ou un gonflement de la cuisse ou de la jambe voire du bras car le membre supérieur peut aussi être concerné. Une fièvre légère (38 °C) peut également accompagner ces symptômes. 

    Dû au risque d’embolie pulmonaire, il est urgent de consulter au plus vite.

    Quel est le traitement de la thrombose veineuse profonde?

    Tout d’abord, une échographie doppler est réalisée afin de visualiser le blocage du flux sanguin. C’est l’examen de référence pour poser le diagnostic. Un scanner peut compléter cette échographie doppler afin de préciser l’étendue de la thrombose veineuse, et éventuellement, de rechercher une embolie pulmonaire.

    Le traitement de la thrombose veineuse profonde repose sur la prise d’anticoagulants (par voie injectable ou par voie orale) sur une durée d’au moins 3 mois et la mise en place d’une contention. Cette contention devra être conservée au minimum 12 à 18 mois pour limiter l’apparition du syndrome post thrombotique.

    Dans quelques cas, une intervention (fibrinolyse ou thrombectomie pharmaco mécanique) peut être proposée pour procéder à la lyse ou l’exérèse (ablation) du caillot. 

    Qu’est-ce que le syndrome post thrombotique ?

    Tout comme l’embolie pulmonaire, le syndrome post thrombotique est une complication de la phlébite. En effet, avec le temps, la phlébite peut s’étendre et alors concerner des veines de plus gros diamètre. Le sang va alors circuler dans les veines superficielles de manière plus importante, risquant de dégrader les valvules et d’occasionner ainsi un reflux veineux. 

     

    Cela a des conséquences handicapantes pour le patient: un gonflement du membre atteint (œdème), une atteinte de la peau, des ulcères veineux ou des douleurs persistantes à l’effort ou au repos (dans les cas les plus importants) sont autant de symptômes du syndrome post thrombotique. Il peut aussi être à l’origine du développement des varices.

    Le traitement repose avant tout sur le respect d’une contention forte (« bas à varices »).

    Dans certains cas (par exemple dans le cadre d’un syndrome de Cockett), des interventions avec pose de stent peuvent être proposées, en complément de la contention, pour désobstruer des grosses veines dans l’abdomen.